Harcèlement psychologique

Malgré certaines avancées, le harcèlement psychologique est toujours présent dans les milieux de formation et entraîne des conséquences néfastes sur le bien-être psychologique des gens qui en sont victimes. Il faut changer la culture au sein du milieu et de la profession médicale notamment pour éliminer la stigmatisation envers le harcèlement psychologique, afin que les situations de harcèlement soient dénoncées et traitées adéquatement et dans les meilleurs délais.

Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada (CRMCC) et le Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) ont fait du harcèlement psychologique un critère d’agrément, c’est-à-dire que tout milieu de formation doit mettre en place des mesures pour intervenir rapidement et efficacement dans de telles situations.

La FMRQ en a pour sa part fait une priorité. Pour les médecins résidents, le harcèlement psychologique, c’est tolérance zéro.

Dans les cas d’intimidation, de harcèlement moral et de harcèlement sexuel…

Le résident ou la résidente qui communique avec la FMRQ pour demander des renseignements ou de l’aide peut choisir de ne pas se nommer ou d’utiliser un pseudonyme.

Par ailleurs, c’est le résident ou la résidente qui choisit le mécanisme ou le recours qui lui convient le mieux et qui a le droit d’interrompre, en toute temps, la démarche entreprise.

Pour toute information concernant les recours ou les ressources d’aide en matière d’intimidation, de harcèlement psychologique ou de harcèlement sexuel, communiquez avec la Fédération au (514) 282-0256 ou au 1 800 465-0215, EN TOUTE CONFIDENTIALITÉ, ou consultez notre Bottin des ressources.