June 14 2021

Le Conseil médical du Canada abolit son examen d’aptitude

Article publié sur ProfessionSanté.ca, le 14 juin 2021

Une semaine après avoir suspendu pour une troisième fois son examen d’aptitude, partie 2, le Conseil médical du Canada (CMC) a finalement décidé de l’abolir. Cette décision permettra à des centaines de médecins d’obtenir leur permis de pratique régulier. 

Par Mathieu Ste-Marie

« Il n’avait pas le choix de l’abolir, a réagi le président de la Fédération des médecins résidents du Québec, Dr Olivier Fortin. Au Québec, il y allait avoir presque 900 personnes sur des permis temporaires pendant on ne sait pas trop combien de temps en attendant que le Conseil médical du Canada soit capable d’offrir un examen qui a du bon sens », affirme celui qui se dit « satisfait de la fin de cette saga ». Selon le Dr Fortin, cette situation n’était plus viable au Québec comme ailleurs dans les autres provinces canadiennes.

Cette dernière année, l’impact de la pandémie et des difficultés techniques ont forcé l’annulation à trois reprises de l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada (EACMC), partie 2, nécessaire à l’obtention de la Licence du Conseil médical du Canada (LCMC). Cette licence est obligatoire pour obtenir le permis de pratique régulier délivré par le Collège des médecins du Québec (CMQ).

Avec l’abolition de ce test pratique, des centaines de médecins québécois obtiendront la licence du CMC puisqu’ils ont répondu à ces quatre critères:

1- Être diplômé d’une école de médecine reconnue.
2- Avoir réussi l’EACMC, partie 1.
3- Avoir réussi au moins 12 mois de formation médicale clinique postdoctorale.
4- Détenir les attestations des titres de compétences en médecine, incluant la confirmation de formation postdoctorale vérifiée à la source par le CMC.

Des questions en suspens

Même s’il est convaincu que cet examen pratique ne reviendra pas sous sa forme actuelle, la FMRQ se pose encore bien des questions sur les intentions du Conseil médical du Canada. « Est-ce qu’il y aura un autre examen pratique? Est-ce que ce sera encore pendant la résidence? Est-ce qu’il sera en même temps que l’examen écrit? S’il y a un autre examen, quel sera son coût? Ça reste à déterminer ».

« En ce moment, nous vivons un mélange de satisfaction et d’appréhension pour la suite », poursuit le Dr Olivier Fortin.

Soulignons que le coût de l’EACMC, partie 2, était de 2 800 $, un montant élevé qui s’ajoute à l’examen, partie 1, effectué avant la résidence qui est de 1 300 $.

Un comité de travail du CMC évalue actuellement la pertinence de la tenue d’un examen pratique durant la résidence. La FMRQ attend avec impatience les recommandations de ce groupe qui devraient être annoncées d’ici quelques semaines.

La position de la Fédération est claire: il ne devrait pas avoir d’examen pratique du CMC pendant la résidence. « Cet examen n’est pas utile puisque nous avons d’autres méthodes d’évaluation plus utiles pendant la résidence », tranche le Dr Fortin.